Chantage à la webcam, principal facteur de suicide dans le monde

Du cyber-chantage qui pousse les adolescents au suicide

Si auparavant, les cyber-escrocs se contentaient d’usurper l’identité d’une institution formelle (comme les autorités policières) pour demander des rançons à leurs victimes sous prétexte que celles-ci n’avaient pas pu s’empêcher de télécharger quelques films inconvenants ou visiter quelques images indécentes sur internet, désormais, ils s’en prennent aux jeunes adolescents et se servent des webcams pour pousser ces jeunes internautes à se monter en mauvaise posture devant leur webcam avant de leur faire du chantage. La plupart des jeunes soucieux de leur e-réputation et ne désirant pas voir leurs vidéos postées sur Youtube ou publiées sur Facebook sont prêts à faire l’impossible pour soigner leur image. Ces adolescents décident souvent de foncer tête baissée sans consulter l’avis de leurs parents. Certains parviennent tout de même à s’en sortir après un long parcours du combattant, tandis que d’autres décident brutalement de mettre fin à leur existence juste quelques heures après, sous l’effroyable menace. Ce fut notamment le cas du jeune brestois de 18 ans qui s’est suicidé en 2012 sous la terrible menace d’un chantage à la webcam. De même pour la jeune canadienne qui se disait victime du harcèlement sur le web et qui a également choisi de mettre un terme à sa propre vie en 2012.

Si vous êtes victimes du cyber-chantage, contactez Anti-cybercriminalité.