Avast présente son nouvel antivirus 2014 avec succès

Jamais auparavant la sécurité informatique n'aura été à ce point au cœur des préoccupations des industriels et des particuliers.
Qu'il s'agisse des ordinateurs, des smartphones ou même des objets connectés, le piratage informatique et la cybercriminalité représentent des menaces quotidiennes.
Dans ce contexte anxiogène, la célèbre société d'origine tchèque Avast, qui vient de fêter les 25 ans de sa création, a invité les journalistes de la presse spécialisée européenne pour une présentation des nouveautés apportées par son antivirus 2014.
On sent bien de la part d’Avast une volonté de s'orienter vers le secteur professionnel, beaucoup plus rentable, ou de s’en rapprocher.

La version du nouvel antivirus est la V8, sortie fin février 2013, mais entièrement repensée : en effet, on constate des changements hautement stratégiques.
Le support software est, lui, toujours assuré par les systèmes Windows (de XP à 8.1), OS X (à partir de la 10.6.8 ‘Leopard’) et Android (2.1 ‘Eclair’ et versions ultérieures).
L’expérience de l'utilisateur, la confidentialité sur le Web et la sécurité des données sur tous les supports dédiés au stockage, du consommateur aux serveurs, telles sont les nouvelles orientations du cru 2014 de la société Avast qui change sa stratégie pour tenter de conquérir le marché des professionnels, c'est-à-dire celui des entreprises.
 
Le principal atout d’Avast,  c'est l'innovation, encore l'innovation, toujours l'innovation.
Son département ingénierie représente à lui seul 58 % des effectifs de l'entreprise, ce qui est exceptionnel.
Notons également que plus de 200 millions de machines utilisent l'antivirus de la compagnie, avec la répartition suivante : 25 millions en Amérique du Sud, au Brésil notamment, 15 millions en France (cocorico !) et 12 millions en Russie et aux USA.

Il faut savoir que le nouvel antivirus d'Avast gagne en automatisation d'analyse des données, notamment pour les faux positifs.
À ce propos, notons la déclaration très intéressante du CTO d’Avast, Ondrej Vlcek : « Un antivirus qui analyse des fichiers sains comme s’ils étaient malveillants peut vite rendre le système instable si lesdits fichiers sont critiques, par exemple des DLL. »
 
Nous conclurons cet article par les déclarations de Vince Steckler, le président-directeur général d’Avast, auparavant directeur de Symantec :
« Mis à part la Chine, nous nous positionnons à la première ou à la deuxième place sur la plupart des marchés que nous avons investis. Dans 38 pays, nous comptons plus d’un million d’utilisateurs pour chacun d'entre eux. »